Les traitements parodontaux

La-enfermedad-periodontal-500x266

Le traitement de la gingivite

Le traitement des gingivites repose sur :

  • Une amélioration de l’hygiène dentaire par le patient.
  • Un détartrage minutieux réalisé au cabinet, régulièrement une ou deux fois par an dans la plupart des cas.
  • L’utilisation éventuelle de bains de bouche.

    Le détartrage

    Un détartrage régulier associé à un nettoyage professionnel au cabinet et à un brossage efficace fait reculer la gingivite et disparaître les marques du jaunissement car avec le temps, les dents perdent de leur éclat. Outre le tartre, de nombreux facteurs externes viennent ternir la couleur d’une dentition : consommation régulière de thé, de café, de cigarettes…. Le détartrage redonne ainsi aux dents un aspect esthétique normal.

    Le plus important est que  l’élimination du tartre permet de recréer un environnement sain pour les dents et les gencives, de renforcer l’hygiène bucco-dentaire et de prévenir l’apparition de nombreuses maladies gingivales et parodontales.

    Dans la grande majorité des cas,le détartrage est  effectué avec un appareil à ultrason pour décoller tous ces dépôts.Plus rarement,il peut aussi être réalisé manuellement en grattant la pellicule de tartre à l’aide d’instruments appelés curettes . Ces deux méthodes peuvent être complémentaires.
    Le détartrage se termine par un polissage des surfaces dentaires à l’aide de brossettes montées sur un instrument rotatif et imprégnées d’une pâte à polir. Cet acte préventif et curatif, peu douloureux, est remboursé par votre assurance maladie

                          
    • Nous vous recommandons vivement de réaliser un détartrage au moins une fois par an lors de votre visite de contrôle.
    • Cependant, la fréquence des détartrages dépend de la rapidité avec laquelle se forme le tartre, qui est différente pour chaque personne.
    • Si vous le souhaitez, nous pourrons évaluer ensemble la fréquence de votre détartrage, lors de votre prochain rendez-vous
    • Une gingivite non maîtrisée peut aboutir à une maladie parodontale ou parodontite.

Le détartrage n’abîme pas les dents, bien au contraire il soulage les gencives. Les instruments utilisés ne rayent pas nos dents et ne les rendent pas mobiles.


 

Le traitement des maladies parodontales

Les maladies parodontales sont des infections des tissus parodontaux (gencives et os sous-jacent) qui soutiennent les dents.

Elles provoquent le déchaussement des dents. Leur traitement repose principalement sur un protocole de nettoyage et de désinfection.

Le traitement initial: le surfaçage

La désinfection des tissus parodontaux repose conjointement sur :

  • L’utilisation à domicile de matériel spécifique permettant de nettoyer efficacement les dents même dans les zones les plus difficiles d’accès ;
  • Un traitement anti-infectieux sur prescription du cabinet. Dans certains cas, l’utilisation d’antibiotiques peut être envisagée.
  • Un surfaçage  effectué au cabinet afin de désinfecter et de nettoyer les zones situées sous vos gencives

Le surfaçage (ou curetage) est la première technique envisagée pour traiter les maladies parodontales .

Le surfaçage est complémentaire du détartrage. Procédé non chirurgical,peu agressif, il permet d’assainir efficacement la surface des racines dentaires et la gencive en profondeur.
L’objectif est de désinfecter les tissus et de permettre la fermeture des poches parodontales, par une ré-adhésion de la gencive sur la surface de la dent. Les importantes quantités de bactéries et de tartre qui se sont accumulées sous la gencive sont retirées après anesthésie. Le nombre de séances proposées peut varier en fonction de la gravité de la parodontite et du nombre de dents atteintes. Pour parfaire la désinfection sous gingivale, le surfaçage peut être suivi d’une irrigation des poches parodontales à l’aide d’antiseptiques.

  • Entre chaque séance, les zones traitées peuvent être infectées à nouveau par les zones qui ne le sont pas encore. Il est donc primordial, pour éviter ce risque, d’effectuer les bains de bouche prescrits avec beaucoup d’assiduité, et si les soins nécessitent plusieurs séances, il est préférable de les rapprocher au maximum.
  • Après un surfaçage, il est possible de constater une légère rétraction de la gencive. Ce phénomène est normal, il est lié à la guérison de la gencive qui devient moins gonflée du fait de la disparition de l’inflammation et de l’infection. Cette rétraction de la gencive peut parfois être associée à une augmentation transitoire de la sensibilité des dents au chaud et au froid qui peut être atténuée par l’utilisation de gels ou de dentifrices spécifiques.
  • L’efficacité de ce traitement initial est évalué dans un délai de quelques semaines. Si l’infection persiste dans certaines zones,lorsque le surfaçage de toutes les dents ne suffit pas à stabiliser la maladie parodontale, un second traitement, souvent chirurgical, pourra être proposé.

    Le traitement chirurgical : les lambeaux d’assainissement

Les lambeaux d’assainissement permettent en soulevant votre gencive, de traiter la parodontite de façon plus approfondie. Dans certains cas, les lésions peuvent être réparées grâce à des greffes d’os ou de gencives. Ils sont en général proposés en deuxième intention et viennent compléter un traitement  de surfaçage lorsque les résultats obtenus avec celui-ci ne sont pas suffisants.L’objectif de ce traitement est d’accéder largement aux racines des dents et à l’os qui les entoure afin de les nettoyer de façon efficace.

L’intervention se réalise sous anesthésie locale. La gencive est soulevée pour mettre les racines et l’os à nu, ce qui permet un nettoyage complet des surfaces des dents. La forme de l’os qui entoure les dents peut éventuellement être modifiée afin d’améliorer les résultats du traitement et de faciliter l’hygiène buccale.

  • Après un lambeau d’assainissement, la mobilité des dents peut être augmentée de façon transitoire ; ce phénomène est normal et fait partie du processus de cicatrisation.
  • Après un lambeau d’assainissement, il est possible de constater une légère rétraction de la gencive. Ce phénomène est normal, il est lié à la guérison de la gencive qui devient moins gonflée du fait de la disparition de l’inflammation et de l’infection. Cette rétraction de la gencive peut parfois être associée à une augmentation transitoire de la sensibilité des dents au chaud et au froid qui peut être atténuée par l’utilisation de gels ou de dentifrices spécifiques.

Maintien des résultats obtenus

Pour conserver le bénéfice du traitement, une thérapeutique parodontale d’entretien constituée de nettoyages et de détartrages très réguliers devra être mise en place. Cet entretien dure toute la vie et doit être suivi avec le plus grand soin. C’est probablement la phase la plus importante du traitement.

  • Le résultat du traitement parodontal dépend beaucoup de votre participation.
  • En effet, la qualité du contrôle quotidien de l’hygiène buccale joue un rôle primordial dans le succès contre ces maladies.
  • Le tabac réduit le succès des traitements parodontaux.

La greffe gingivale:à visée esthétique

Certains défauts esthétiques de la cavité buccale peuvent être traités à l’aide de greffes de gencive. La greffe consiste, sous anesthésie locale, à prélever un morceau de gencive à un endroit de la bouche (le plus souvent au palais) pour aller le greffer à un autre endroit.

Greffe gingivale et recouvrement d’une récession de la gencive.

Certaines récessions de la gencive peuvent être traitées en recouvrant la dénudation de la racine dentaire par un greffon gingival. L’intervention se déroule de la façon suivante

 Avant la greffe

Avant la greffe

 Réalisation de la greffe

Réalisation de la greffe

Après cicatrisation

Après cicatrisation

 

Au bout d’une dizaine de jours, la cicatrisation est déjà bien avancée. Quelques semaines, voire quelques mois, sont parfois nécessaires pour obtenir une cicatrisation complète et un résultat esthétique définitif. En fonction du cas, la récession de la gencive peut être recouverte totalement ou partiellement.

 

Greffe gingivale et comblement d’un déficit de volume au niveau d’une crête édentée.

L’extraction d’une dent entraine souvent une diminution du volume de la gencive et de l’os à ce niveau. Lors du remplacement ultérieur de la dent par un bridge ou un implant, si la perte de volume de ces tissus n’est pas compensée, le résultat esthétique est souvent décevant. Ce problème peut être résolu en greffant un peu de gencive dans la zone concernée.

Cette intervention permet d’obtenir un résultat esthétique satisfaisant. Elle est principalement réalisée dans les zones très visibles de la bouche et en particulier au niveau des dents antérieures.

  • L’hygiène de la zone où la greffe est réalisée est très importante pour obtenir un résultat esthétique optimal. Les bains de bouche prescrits après l’intervention doivent donc être réalisés avec le plus grand soin.